Bas-Saint-Laurent
Guide à l’intention des gestionnaires et des intervenantes œuvrant dans les services de garde à la petite enfance, les services de garde en milieu scolaire et les services d’accompagnement et de surveillance.
shema

 


Mise en contexte

 

• Qu’est-ce que le Parcours d’intégration?

• Pourquoi un Parcours d’intégration?

• Le Guide du Parcours d’intégration

• Qu’est-ce qu’une passerelle?

• Une image distinctive

• Le partenariat : au cœur du Parcours d’intégration

• Les objectifs du Parcours

Qu’est-ce que le Parcours d’intégration?

Le Parcours d’intégration est un concept, une vision qui prône la mise en commun des expertises des gestionnaires et des intervenantes des réseaux de la petite enfance, de la santé et des services sociaux, de l’éducation, des municipalités et des organismes communautaires. L’objectif fondamental du Parcours consiste à faciliter la participation sociale des jeunes de 0 à 21 ans ayant des besoins particuliers par leur intégration dans les services de garde et le développement de services d’accompagnement et de surveillance. Concrètement, la synergie qui sera établie entre les partenaires pourra notamment s’opérationnaliser par des canaux de communication efficients et la mise en place de passerelles lors des transitions entre les groupes d’âge. Par ces mesures, le Parcours d’intégration se veut résolument centré sur une réponse efficace aux besoins de ces jeunes et de leurs parents.

Le Parcours d’intégration tire son originalité du fait qu’il s’adresse aux trois groupes d’âge : 0 à 5 ans, 5 à 12 ans et 12 à 21 ans. Ainsi, il est à notre connaissance le premier projet au Québec qui met l’emphase sur la continuité des services de garde et d’accompagnement ou de surveillance pour les jeunes de 0 à 21 ans.

Retour au menu

Pourquoi un Parcours d’intégration?

Le Parcours d’intégration a pris son essor d'une volonté ferme et du travail concerté des membres de la Table régionale pour l’intégration en service de garde des enfants ayant des besoins particuliers au Bas-Saint-Laurent. Ce projet d’envergure tire son essence des constats extraits d’études menées en 2001 et 2008 1 . Depuis sa création en l’an 2000, la Table a mené divers travaux qui ont pour dénominateur commun le désir jamais démenti d’établir une synergie entre les partenaires, meilleur gage d’efficience dans la mise en place de mesures spécifiques.

Trop souvent encore aujourd’hui, malgré les efforts et la bonne volonté des gestionnaires et des intervenantes, les parents de jeunes ayant des besoins particuliers sont confrontés à des ruptures de services, à un manque d’informations ou à des difficultés à obtenir le bon service au bon moment.

Bien que des avancées ont été constatées au cours des dernières années - le Bas-Saint-Laurent se classait en 2003 au premier rang au Québec en ce qui a trait au nombre de CPE qui intègre des enfants ayant des besoins particuliers 2 - l’intégration demeure un processus parfois exigeant pour les parents. Cette assertion sous-tend la réalité suivante : plus le jeune avance en âge et plus l’intégration en service de garde s’avère aléatoire. Les services de garde ou d’accompagnement où l’on compte des intervenantes qui possèdent une connaissance suffisante des déficiences et incapacités sont encore trop peu nombreux, et ce, particulièrement pour les services dispensés après les heures de classe, lors de la période des vacances estivales ou lorsque le jeune atteint l’âge de 12 ans. C’est en effet pour le groupe d’âge des 12 à 21 ans que le besoin de ressources se manifeste avec le plus d’acuité, d’où l’urgence d’agir pour ces jeunes et de mettre en place des services adaptés à leurs besoins.

C’est à la lumière des constats que nous venons de dresser qu’a pris forme la volonté des membres de la Table régionale de faciliter la conciliation famille – travail - études pour les parents de jeunes ayant des besoins particuliers de 0 à 21 ans et de contribuer à la mise en place d’une offre de services qui saura répondre à l’ensemble des besoins. C’est ainsi qu’a peu à peu germé l’idée du Parcours d’intégration et du Guide qui en constitue l’expression concrète.

Retour au menu

Le Guide du Parcours d’intégration

Le Guide se présente sous la forme d’un cartable qui regroupe l’ensemble des instruments aptes à faciliter la mise en place du Parcours d’intégration. Il est, en quelque sorte, l’outil par excellence qui soutiendra les partenaires de la région dans leur volonté d’implanter celui-ci. Ce document est tout entier élaboré en fonction d’une idée simple, d’une voie à suivre qui s’inspire des valeurs promues par la Table régionale pour l’intégration en service de garde des enfants ayant des besoins particuliers au Bas-Saint-Laurent depuis sa création en l’an 2000. Le Guide met à la disposition des gestionnaires et des intervenantes une panoplie de moyens axés sur la continuité des services et la fluidité des processus. Dans un souci que ce Guide soit un outil accessible, convivial et exempt des résidus poussiéreux qui affligent parfois certains documents, il est bâti de façon à ce que sa structure interne et sa facilité d’utilisation soient conformes aux objectifs qu’il entend mener à terme : fluidité des contenus, passages aisés d’un chapitre à l’autre, intégration de l’ensemble de la démarche de 0 à 21 ans.

Le Guide sera distribué à toutes les personnes qui participeront aux formations prévues par le processus d’implantation du Parcours d’intégration. Celles-ci ont été offertes au printemps et à l'automne 2011.

Retour au menu

Qu’est-ce qu’une passerelle ?

La notion de passerelle en est une de première importance dans le cadre du Parcours d’intégration. Une passerelle, c’est le passage d’un point à un autre, un lieu de transition inhérent à un moment précis du cheminement du jeune. À l’intérieur du Parcours d’intégration, c’est un point où se rencontrent deux services, et potentiellement des intervenantes de plusieurs établissements, afin que le passage de l’enfant d’un service à l’autre se fasse de la façon la plus harmonieuse possible. C’est un lieu de transit où l’enfant s’ouvre à de nouveaux apprentissages, à de nouvelles possibilités.

La continuité des services demeure un élément central pour tout projet qui entend agir sur la conciliation famille – travail - études. C’est par l’établissement de passerelles lors des transitions, par exemple du centre de la petite enfance vers le service de garde en milieu scolaire, par la mise en place de mécanismes de référence et de canaux de communication souples et par la généralisation de politiques d’intégration ayant fait leurs preuves, que l’accès aux services et les transitions entre les niveaux seront davantage fluides, et ce, autant pour les enfants que pour leurs parents. Il est à noter que les passerelles qui seront instaurées lors des transitions constituent un chaînon actuellement manquant dans le parcours du jeune. Elles participent, de ce fait, à l’originalité du Parcours. La prémisse de départ est que plus le processus d’intégration sera souple, plus les services de garde seront enclins à intégrer des enfants ayant des besoins particuliers.

Retour au menu

Une image distinctive

Les termes Parcours et Guide recèlent déjà l’idée de mouvement, de déplacement et la nécessité de se repérer, de se situer pour atteindre la destination souhaitée. Il a semblé aux concepteurs du Parcours d’intégration que le train, et les nombreux termes qui lui sont apparentés, permettraient d’illustrer de façon vivante et concrète le concept du Parcours d’intégration. Comme le train, le Parcours se veut dynamique et le cheminement du jeune s’amalgame à un voyage. En fait, les analogies avec le domaine ferroviaire ne manquent pas. Les groupes d’âges auront chacun leur voiture, reliées par des passerelles qu’on souhaite faciles d’accès et souples. Les intervenantes et les diverses instances impliquées serviront de locomotives à l’intégration. Les parents et leur jeune seront invités à suivre la voie tracée par le Parcours. Les gestionnaires, en raison de leur position stratégique, constitueront des chefs de gare alors que les éducatrices deviendront des expertes de la mécanique inhérente au Parcours d’intégration.

Retour au menu

Le partenariat  : au cœur du Parcours d’intégration

Le diagramme ci-dessus illustre le cheminement que pourra emprunter un jeune ayant des besoins particuliers. On notera que, dans sa conception même, celui-ci met l’emphase sur les liens à établir ou à bonifier entre les partenaires, moteur à partir duquel s’articuleront les actions à mettre de l’avant.

Chaque changement majeur qui touche un groupe de personnes origine souvent de l’imagination et de l’ouverture d’un seul ou de quelques individus. C’est cette idée première qui motive la présence dans le Guide de notions relatives aux attitudes favorables à une intégration réussie. Cette partie constitue, plus souvent qu’autrement, un rappel puisque les auteurs ont maintes fois été témoins de ces attitudes facilitantes chez les gestionnaires et les intervenantes qui oeuvrent auprès des enfants ayant des besoins particuliers.

Le partenariat intersectoriel est une notion intimement liée à l’idée même du Parcours d’intégration. De ce partenariat est littéralement né le concept du Parcours. Il en devient aujourd’hui un élément essentiel à sa réussite.

Retour au menu

Les objectifs du Parcours

Le Parcours d’intégration entend devenir un moyen privilégié afin:

• D’assurer un accès généralisé aux services de garde et d’accompagnement ou de surveillance pour tous les jeunes de 0 à 21 ans de la région;

• De favoriser l’instauration de mécanismes de transition souples et efficaces (passerelles) entre les niveaux de services ;

• De soutenir les milieux de garde dans l’instauration de politiques d’intégration des enfants et des jeunes ayant des besoins particuliers;

• De sensibiliser les milieux de garde qui n’intègrent pas d’enfant ayant des besoins particuliers en faisant valoir les nombreux bénéfices pour l’ensemble des enfants qui fréquentent les Centres de la petite enfance (CPE) et notamment l’ouverture aux différences;

• De contribuer au développement de service d’accompagnement ou de surveillance pour les jeunes de 12 à 21 ans ;

• De faciliter, de concert avec l’ensemble des partenaires, la mise en place d’une offre de services suffisante après les heures de classe et en période estivale ;

• De contribuer, dès les premières années de la vie, au développement de l’estime de soi chez les enfants ayant des besoins particuliers, dans l’optique de leur participation sociale et professionnelle future (transition à la vie active) ;

• De susciter la prise en charge progressive du Parcours d’intégration par les milieux concernés afin d’en assurer la pérennité.

Retour au menu

ligne

1 Office des personnes handicapées du Québec, L'accompagnement et la surveillance des jeunes de 12 à 21 ans ayant des besoins particuliers: Un enjeu majeur pour les familles du Bas-Saint-laurent. Mai 2008, 57 pages; Vallée, Diane. Portrait régional de l'intégration des enfants vivants avec une déficience dans les services de garde du Bas-Saint-Laurent 2000-2001. Document interne. Comité régional pour l'intégration des enfants vivant avec une déficience.

2 Dugas, Lucie et al. Portrait statistique de la population avec incapacité Région du Bas-Saint-Laurent 2003, Office des personnes handicapées du Québec, sept 2003, 105 pages.